english versionenglish version
we ship all over the world
   

aleksander jacob
agnès varda
andrée sorant
ante meridiem
anuliina savolainen
arnaud fleurent-didier
arts factory
atsuko
bdm studio
barnabé aime le café
becky from uk
ben's symphonic orchestra
bubu's fab
ccil
charlotte sometime
claire hecquet-chaut
céline saby
de beaux souvenirs
dotdotndot
edition paumes
editions de la femme à barbe
elodie cavel
emiko
emmanuelle biennassis
fanny laugier
flairs
florence lafitte
florenz
flóp
françois tarot
guillaume fédou
guillemette
iza iza
ignatus
jacques demy
jean
judith benita
julia huteau
julien bourgeois
l'écume des jours illustrée
l:a bruket
la nageuse records
le roi et le bon st éloi
les dormeuses de madapolam
les femmes à barbes
les roses de julie
les carnets du dessert de lune
lindsay grime
los chicros
m-jo
ma mamie hippie
macon & lesquoy
made in paulette
marie-rose
martine diotalevi
maud s.
mauricette
melle moutarde
mementomori
merci raoul
monsieur papier
morning star
myriam huré
nanana
nine
parisienne.kom
perio
pica
picrobulle
plumavera
raymond cauchetier
sabrina
season paper
serge morin
solo ma non troppo
sweetie pie press
talitres records
tana editions
tante hortense
tattoofab
the blossom bohemian
the butter flying
tokyomilk
trois petits points
tropical meteor
virginie millefiori
wabisabi designs
warum
wilfried*



Pour s'inscrire
et se désinscrire :  
 
chronique du 1er festival chansonpoche, par Guillaume Fédou

A ceux et celles qui ont les pop-"poches" pleines de "chansons" - à défaut d'avoir des "chansons" pour s'en mettre plein les pop-"poches", bravo et merci !
Et je voudrais ici utiliser mes restes de chroniqueur pour évoquer "mon" festival.



Premier soir, ambiance pop-kermesse, "graduation show" avec parents dans la salle, chaleur sub-tropicale, stress du lancement, et voilà qu'un French étonnament juilletiste (les aoutiens seront représentés par le look "méta-bouliste" de Tante Hortense) se prend à récolter des "Bijoux" en laissant les arrangements accentuer le mystère de cet hymne romantique fauché digne d'un Blaise Cendrars pré-amazonien.

Philippe Katerine


Puis la suite, qu'on croyait connaître, se révèle un labyrinthe entre contre-espionnage (Qui m'aime me fait suivre), rigueur hégélienne (La ration de l'homme couché, avec Flóp en copain de cellule) et fatalisme consentant (Je Penche du côté ou je vais tomber). Seul, la main qui tremble, ou accompagné, les pieds qui twistent, French assure malgré ses lunettes en forme de coeur piquées à Marie-Anne Chazel (hé hé). Bravo aussi à Marjolaine pour l'humour "bossa" donnant des couleurs inédites à l'amoureux des "filles du futur".

Suite avec Los Chicros, sorte de croisement entre Air (pour le peaufinage mélodique - le meilleur des versaillais, mais bon c'est pour situer, les Kinks seraient la véritable influence) et Pavement (pour l'énergie et la slacker-attitude), qui donnent l'impression d'être les branleurs du lycée tout en emmenant leurs refrains dans des vallées californiennes où l'auto-tamponneuse de Phoenix est plusieurs fois tombée en panne.

Katerine et Jérôme Laperruque

Bravo "again" et spécial dédicace à la cover french quota du "Attends Va t'en" que le grand Serge avait eu l'idée de refourguer à France Gall période "Baby Pop" ... La Chicromania est à consumer immédiatement (oui je sais j'ai la formule facile et j'aurais rêvé de trouver "il n'y a que Maille qui m'aille" à la place de Thierry Ardisson).

Tête d'affiche : Phillipe Katerine. Si ce dernier a joué jusqu'au bout la confusion jazz avec son homonyme des années 70 en jouant live avec les Recyclers, c'est avec un savamment décoiffé Jérôme Laperruque à la "sèche" que le dandy west-coast entame un tour de chant toujours aussi absurde et indispensable.

Arnaud FD, Laperruque et Katerine

Palmes d'or pour l'aquatique "Où je vais la nuit", prix du jury pour le punk de la fille de Fifrelin (avec Ben en occasionnal drummer, très drôle) et prix hors compétition pour "Deux par dieux" (c'est bien ça ??), premier draft pour la chansonpoche, entre "Buffet Froid" et "Barbecue à l'Elysée", où l'en sent bien que le parrain du festival a utilisé sa troisième main pour arriver à ses fins ... La vraie chansonpoche, elle, trouve un endroit génial entre les autouroutes à la Wenders et le magasin de pop-porcelaine sis 1, rue Jacquemont.


Pop toujours le deuxième soir avec la post-chanson de Vérone, ambiance boîte à rythmes berlinoise et chant habité (ça veut rien dire mais tout le monde comprend) ... C'est souvent joli mais les textes tantôt allégoriques (Des Chevaux Sous la Mer) tantôt "vécus" (La tête à l'envers, cousinage de Luke ?) égarent en finissant par disperser : mais le groupe a tout pour bientôt retrouver ses moutons (celui qui pense ici à Patrice Carmouze est prié de reprendre au début).

Et là, patatras : Flóp a encore décidé de foutre le bordel dans le b.a.ba de la chanson. Après le pseudo-scientifique "Droit au Coeur", le pop-maquisard en espadrilles pose la baïonette à hauteur de Marie-Jo, qui, ô surprise, se révèle être un pied de micro ! Entre manifeste politique ("Si tu crois pas à mon coeur/Va te faire voir ailleurs" de la chansonpoche "Porte Ta main") et happening situ (la "Chorale", insitution docacophonique importée de Marseille).

Ben et Mark Kerr de BSO
Le "yuk" du brun à lunettes fait que l'on pense à un Comelade ayant retrouvé la parole et ce aussi grâce à l'inventive participation d'Etienne "Doudouk" Jaumet officiant avec des instruments qui n'existent pas rue Fontaine.

Tête d'affiche : BSO, deuxième groupe à chanter dans la langue dominante de l'ennemi avec Los Chicros, et qui en formation serrée (Lionel Flairs à la basse et le frère junkie de Willem Dafoe à la batterie) aligne du bruit, de la fureur et des vannes, pouvant évoquer qui Neil Hannon pour les passages printaniers et qui Jon Spencer pour les couplets abrasifs. Fini de faire de la flûte pour ses copains, Ben se lâche et performe, un seul regret: que "Drifting", la chanson-titre de l'album de l'année, ait été exécutée aussi tôt et aussi vite. Et un "Cow-Boy" ou un "School Girl" aussi pour souffler ? M'en voulez pas les gars mais mieux vaut conseiller les meilleurs que décourager l'adversaire (?)




Guillaume Fédou et ses "soucis"
Voilà, le lendemain c'était Wilfried*, votre serviteur et AOFD, rien de possible à dire, sauf que c'était évidemment le must de toute la semaine; mais je suis salaud car j'ai raté le samedi, et que j'espère revoir s'ouvrir au ciel les mimines d'Emilie (ndlr. Ema Derton) comme pour attrapper des "piafs", tout en continuant d'imaginer à quoi peut BIEN RESSEMBLER UN SHOW de Tante Hortense, cet homme viril possédant déjà les pieds les plus courus du festival ! J'espère que l'un d'entre vous se lancera pour me narrer ce que j'ai manqué, y compris Will puisque j'étais en coulisse (en fait j'ai adoré le concert d'Arnaud mais ca serait un peu lourd niveau octets, juste un big up à Valérie pour les choeurs sur "Une faiblesse de la Nature", on se serait cru au cinéma en plein-air malgré les bruits d'oiseaux). Vive le mouvement,

Un chanteur d'aujourdhui.


> le festival en vidéo


1 rue Jacquemont 75017 Paris (plan d'accès)
du mardi au vendredi : 13h-20h et le samedi : 11h-20h
tel : 01 42 63 31 36 / 08 7171 4112 (prix d'un appel local)
contact@frenchtouche.com - aide en ligne - conditions générales de ventes

conception & réalisation : webdesign@frenchtouche.com
paiement sécurisé en ligne avec la Banque Populaire


Artistes
Cocosuma
Ema Derton & Notre Dame
Flóp
Guillaume Fédou
Arnaud Fleurent-Didier
Ignatus
Katerine
Tante Hortense
 
Barbara Carlotti
le Klub des loosers
Syd Matters
Mendelson
Morning Star
L'ortf
le son du mois
Fabio Viscogliosi
Labels
Les Disques Bien
3rd Side Records
Disque Primeur
Microbe Records
Musclorecords
Prohibited Records
Travaux Publics
Record Makers
Créateurs
atelier LZC
les éditions sans importance
épicerie des bidules
eva koshka
hérisson création
fifi mandirac
lili cabas
matières à réflexion
minilabo
www.chicetchoc.com